darlington

Porteurs

Alexandre Beaudoin, Conseiller en biodiversité, Université de Montréal

Coordonnées du ou des porteur(s)

alexandre.beaudoin.1@umontreal.ca
514-343-6111 #5226

Partenaires du corridor

Situation

Pour les premières étapes de projet tous nos efforts sont concentrés dans l’arrondissement Côte-des-Neiges. À terme le projet aura une emprise sur l’arrondissement de Parc-Extension et la Ville Outremont.

Le projet prend place sur la rue Darlington entre Édouard-Montpetit et Bates), puis longera le chemin de fer séparant Parc-Extension d’Outremont.

Quel est l’objectif du corridor ?

Bien que stimulé par le désir de créer des corridors écologiques en pleine ville et ainsi favoriser sa résilience et son maintien, le Projet Darlington est rapidement venu englober une grande diversité de volets, tous des enjeux fondamentaux au développement sain et équilibré de notre métropole.
Nous pouvons penser ici à une meilleure gestion des eaux pluviales, notamment à l’aide de jardins de pluie, afin de réduire le nombre d’épisode de surverse de notre usine de filtration. Selon les récentes modélisations du GIEC, nous pourrons nous attendre à une augmentation de 6,7% des précipitations en été et de 24,1% en hiver d’ici 50 ans en Amérique du Nord. Préparer la ville à répondre à cette situation doit se planifier dès aujourd’hui. Des propositions originales, tout de même inspirée de villes comparables à Montréal, sont illustrées dans ce dossier en accordant l’importance qui revient à nos rivières perdues, plus spécifiquement dans notre cas, le ruisseau Raimbault.
La réduction des îlots de chaleur fait déjà parti des priorités nationales et municipales. Nous saluons ici ce qui a déjà été proposé dans le Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Montréal. Réduire l’albédo d’une partie de l’arrondissement Côte-des-Neiges figure comme un effet secondaire positif à notre approche, il sera intéressant d’obtenir des mesures de l’évolution de ce dossier pour documenter l’efficacité des diverses mesures d’intervention.
Selon l’OMS, 7 millions de morts, soit le 1/8 de la totalité des décès mondiaux en 2014 sont attribuables à la pollution atmosphérique. Montréal fait piètre figure dans ce dossier affichant un retard notable en termes de verdissement et de canopée en comparaison à Toronto ou Vancouver en plus d’être la ville qui enregistre le plus de jours de smog au pays. C’est avec la volonté de s’attaquer à cette statistique que nous proposons un ambitieux plan de verdissement dans une zone dominée par le béton et l’asphalte.
Le transport actif fut le premier volet ajouté à notre proposition, en effet l’espace choisi permet l’intégration de pistes cyclables et de sentiers pédestres, ce qui augmentera les contacts entre les citadins et la nature qui les entoure. Favorisant ainsi une approche d’éducation relative à l’environnement en plus d’encourager de saines habitudes de vie.
En plus de participer à l’adaptation des villes aux changements climatiques et d’opter pour une approche bénéfique pour la santé publique l’ensemble du projet est teinté par une approche d’agriculture urbaine (AU), rappelons que ce sont 42% des Montréalais qui pratiquent déjà l’AU. Ce phénomène est probablement l’un des plus mobilisateurs à l’heure actuelle en ce qui a trait à l’implication citoyenne. Il va de soi que chaque première étape des différents lieux d’intervention débute par un jardin, un îlot à pollinisateur ou la plantation d’un arbre fruitier. Riche d’une grande diversité culturelle dans l’arrondissement visé, ces espaces deviendraient des lieux d’expression aux nouveaux arrivants pouvant apporter un peu d’eux-mêmes au sein du projet.
Au final, le projet Darlington est un projet qui prend l’allure d’un plan directeur sur de nombreuses années. Il contient d’ailleurs une proposition de phasage du projet jusqu’en 2020 afin d’illustrer l’allure du projet à plus ou moins long terme. Ce site est idéal pour élaborer un projet-pilote liant le mont Royal à d’autres corridors fauniques urbains, dans un esprit de consolidation de la Trame verte. Les leçons que nous tirerons au cours de sa réalisation permettront d’orienter le développement futur de projets porteurs de la sorte qui feront de Montréal un chef de fil en matière de gestion de la biodiversité et de lutte aux changements climatiques. Ce qui serait conséquent, si on pense que le Secrétariat de la Convention de la Diversité Biologique (CDB) ait choisi notre métropole pour y établir son siège social. Faisons honneur à ce privilège.

À quelle étape de réalisation est le corridor ?

Démarré concrètement à l’été 2015, nous projetons de nombreuses autres étapes de réalisation à court, moyen et long terme. Par exemple, nous avons 44 pots géants invitant les résidents à venir y jardiner, un projet de végétalisation de pentes autour du jardin communautaire et la plantation d’une forêt nourricière dans un parc public. Des consultations des résidents se sont déroulées et des activités avec les riverains se font tout au long de la belle saison. L’Arrondissement a procédé à une mise à niveau du Parc Darlington dans l’esprit de Corridor écologique.

Pour 2017, nous évaluons la possibilité de fermer certains tronçons de rue de manière temporaire (période estivale), la création d’une voie cyclable, la création d’un jardin collectif dans un parc public, la création d’un sentier pour la promotion des pollinisateurs indigènes, des saillis de trottoir pour ralentir la circulation et augmenter le couvert végétal, un concours architectural avec les étudiants de la Faculté de l’aménagement de l’UdeM pour la réalisation de mobilier urbain, l’installation de panneaux informatifs présentant le projet de corridor aux citoyens, ainsi qu’une étude de la gestion de l’eau pluviale par micro bassin versant avec les étudiants finissants de génie civil à la Polytechnique dans le but de recommander des aménagements pour la captation des eaux de pluie.

Description du corridor

Le Corridor Darlington est un formidable projet de collaboration entre l’Université de Montréal et l’Arrondissement Côte-des-Neiges/Nôtre-Dame-de-Grâce. Cette initiative vise le développement d’un tracé écologique reliant le campus de la montagne au campus Outremont et à l’écoterritoire du ruisseau Bertrand.
Ce projet touche de nombreux aspects de notre réalité contemporaine : santé publique, développement économique et communautaire, participation citoyenne, civic commons, biodiversité et agriculture urbaine, diversité, transport actif, adaptation aux changements climatiques.


Par exemple, le projet Darlington s’accompagne d’une réflexion sur l’adaptation aux changements climatiques de la Ville de Montréal, en proposant une gestion alternative de l’eau de pluie et en prenant comme ‘’parcelle expérimentale’’ l’emprise du projet de corridor écologique.

Actions et types de végétaux plantés

Pour l’instant nous avons une forêt nourricière. À terme nous végétaliserons des surface asphaltée et bétonnée ainsi que des saillis de trottoir. Certains arbres seront également en pot de manière à pouvoir les déplacer selon l’avancement du projet.

Appel à tous et besoin(s) pour développement futur

Nous sommes à la recherche de partenaires privés, nous cherchons un parrain d’affaire, une personne ou un groupe, qui voudrait bien agir à titre de conseiller pour la réalisation de diverses étapes de projet. Et bien sûr, du financement.

Autre(s) lien(s)

https://www.facebook.com/Corridor-%C3%A9cologique-et-vivrier-Darlington-1614099528804376/?fref=ts http://durable.umontreal.ca/biodiversite/milieux-de-vie/projet-darlington/